• Nos modules de formation web, dédiés à des métiers d’avenir entre totalement dans le cadre des CTP – CRP – CSP

Salarié d’une entreprise de moins de 1000 personnes (ou dans un établissement en redressement ou liquidation judiciaire) vous êtes concerné par une procédure de licenciement pour motif économique, et votre employeur vous propose d’être suivi en Convention de Reclassement Personnalisé (CRP) ou en Contrat de Transition Professionnelle (CTP). Ces deux dispositifs sont quasiment identiques et seul le lieu d’implantation de l’entreprise définit si vous relevez du premier ou du second.

Profitez de vos droits à la formation et à cette période transitoire de votre vie pour vous former à des métiers d’avenir !

  • A noter

Ces dispositifs ne sont plus applicables aux procédures de licenciement engagées à compter du 1er septembre 2011 ; à compter de cette date, c’est le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) qui doit être proposé.

En adhérant à l’un de ces dispositifs, vous bénéficiez d’un accompagnement personnalisé qui vise la reprise d’un emploi ou d’une activité durable.

Vous disposez d’un délai de réflexion de 21 jours. En cas d’acceptation, votre contrat de travail est réputé rompu d’un commun accord. Vous êtes alors dispensé de préavis.

  • Des allocations majorées

En CTP ou en CRP, les allocations que vous allez percevoir représentent 80% du salaire brut moyen des douze derniers mois. Par comparaison, c’est plus que l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) de Pôle emploi.

Le CTP et la CRP durent chacun douze mois afin de permettre un retour durable à l’emploi, si nécessaire à travers une formation qualifiante ou une reconversion professionnelle.

Si au terme des douze mois votre recherche d’emploi n’a pas abouti, des allocations ARE vous seront versées dans la limite des droits allocataires restants.
Aucun différé d’indemnisation

En CTP ou en CRP, vous percevez vos allocations dès la fin de votre contrat de travail. Vous n’effectuez pas votre préavis. Vous ne recevez donc pas l’indemnité légale de préavis – celle prévue par le Code du Travail.

Vous percevez néanmoins la différence que prévoit l’indemnité conventionnelle – celle résultant de votre convention collective.

  • En cas de reprise d’activité

Vous reprenez un emploi moins bien payé ? Vous pouvez percevoir, sous certaines conditions, une indemnité différentielle qui couvre la baisse de rémunération.

Si vous créez ou reprenez une entreprise vous pouvez activer l’Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise (ARCE).

En CTP : si vous reprenez un CDI, un CDD ou une mission de travail temporaire de plus de six mois – ou si vous avez créé votre entreprise – vous pouvez percevoir une aide spécifique (l’Aide à la Transition Professionnelle) correspondant à une partie de ce qui vous restait dû.
Le suivi de vos démarches de reprise d’emploi

Dans les deux dispositifs CTP et CRP, un conseiller personnalisé vous accompagne dans vos démarches pour favoriser votre retour durable à l’emploi.

Il mobilise les aides et les appuis nécessaires à la réussite de votre recherche, et sollicite les partenaires utiles – notamment en cas de formation.

  • Dans le cadre du CTP – CRP – CSP vous avez des droits à la formation, utilisez les et profitez de cette période pour vous former à des métiers d’avenir !